Marvel Arena

Forum RPG sur Marvel se déroulant dans un Univers Alternatif !!
 
AccueilSitePortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Troisième nouvelle de Star Wars^^

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Ashema
L'Auditrice
Ashema

Féminin Origine : Partout autour de vous
Nombre de messages : 260

Feuille de route
Experiences:
100000/100000  (100000/100000)
Puissance:
50000/50000  (50000/50000)

MessageSujet: Re: Troisième nouvelle de Star Wars^^   Mar 25 Déc - 2:14

*
* *


Quelques minutes plus tôt, dans la pièce en contrebas, des bruits étranges commencèrent à se faire entendre, venant de la pièce voisine, là où étaient entreposés les objets venant de Naboo. Tous regardèrent la porte en se demandant de quoi il s’agissait. Des bruits de grincements et des froissements d’étoffe se firent entendre. Steele lança, comme pour détendre l’atmosphère qui s’était soudainement tendue :

- Sûrement un courant d’air, et un objet mal placé qui est tombé au sol…

D’autres bruits de frottements, plus près, et ce qui pouvait ressembler à des pas, se firent entendre de la pièce voisine. Dewlanna lança, moqueuse et un peu effrayée, que peut-être leur invitée s’était réveillée. Les autres la regardèrent avec des expressions qui pouvaient signifier qu’ils pouvaient se passer de ce genre de commentaires. Les bruits étaient plus près encore, juste derrière la porte, et ressemblaient à un frottement d’étoffe sur quelque chose d’humide… Même le Hutt, qui normalement refusait que l’on entre dans son espace vital, s’était rapproché des autres. À ce moment, les lumières clignotèrent et baissèrent jusqu’à un niveau presque fantomatique. Des exclamations de surprises et de peur jaillirent dans la salle et Dewlanna attrapa Billy et l’entoura de ses bras pour le protéger, pendant que lui s’accrochait à elle et regardait fixement vers la porte de la salle voisine.

Quand le fantôme apparut en passant à travers la porte, tous eurent un sursaut d’horreur et reculèrent avec effroi. Son apparence était effrayante et hésitaient entre des traits féminins adorables et la chose qu’ils avaient vue dans le cercueil quand ils l’avaient ouverts. Elle semblait une apparition tout droite sortie de l’enfer. Sa voix, quand elle parla, hésitait aussi entre une voix féminine charmante et une voix grinçante venue tout droit d’outre-tombe. Elle dit, menaçante, qu’ils avaient commis une erreur mortelle en profanant sa tombe et qu’ils allaient maintenant le regretter. Elle leur promit les feux de l’enfer et la damnation éternelle pour leur sacrilège. Elle commença ensuite à apparaître et disparaître devant chacun des membres du groupe. Devant Steele, elle apparut sous sa forme tout droit sortie de l’enfer et il eut un sursaut d’horreur avant de se jeter dans les bras du Bothan. Ils tombèrent à la renverse sur le sol. Devant le Hutt, son apparence hésitait entre celle d’une jeune femme et celle de l’horreur sortie de sa tombe. Celui-ci recula en essayant de se cacher la figure de ses mains, tout à fait terrorisé. Elle fit de même devant Dewlanna et Billy, et celle-ci tenta de la chasser d’un coup de patte mais elle passa au travers. Quant à Billy, il enfonça son visage dans la poitrine de Dewlanna en sanglotant presque de terreur. Quand elle apparut enfin devant Walt, elle avait repris son apparence féminine adorable. Elle le fixa d’un regard qui semblait luire d’un feu intérieur, sans dire un mot, mais ce n’était pas nécessaire. Walt fut alors terrassé par une terrible douleur à la poitrine et tomba à genoux, levant des yeux terrifiés vers le visage de sa victime, qui semblait déterminée à le tuer.

- Non, pitié… Réussi-t-il à articuler dans un murmure.

Elle prit alors l’apparence de la chose qui gisait dans le cercueil, comme en réponse à sa supplication, et il fut terrassé par une nouvelle vague de douleur qui le jeta sur le dos. Elle disparut alors et réapparut devant la porte avant de dire que leur destin était maintenant sur eux. Elle eut un rire démoniaque qui hésitait entre un ton féminin et une voix d’outre-tombe avant de s’estomper, laissant son rire planer dans la pièce alors que la porte s’ouvrait pour révéler le Seigneur Vador, son sabrelaser dans une main et traînant l’Ombre de l’autre.

Dès qu’ils furent entrés dans la pièce, il relâcha l’Ombre, qui se frotta le bras là où Vador l’avait retenue. Elle dit deux choses, premièrement que ce n’était pas prévu qu’elle entre dans la pièce elle aussi et qu’il avait failli lui arracher le bras! Cependant, elle se dirigea ensuite vers Walt pour lui prêter assistance et demanda à une de ses assistantes de lui trouver une couverture et un oreiller. Elle prit le pouls de l’homme et vit qu’il était faible et irrégulier, de même que sa respiration. Pour le moment, il était inconscient et elle se sentait vaguement coupable car c’était de sa faute, en partie du moins, s’il était dans cet état. Les autres membres du groupe avaient l’air encore choqués mais se remettaient rapidement. Steele et le Bothan s’étaient dépêtrés l’un de l’autre et se relevaient maintenant, et l’humain avaient une expression haineuse sur le visage en commençant à comprendre qu’ils s’étaient fait avoir. Le Bothan aussi avait l’air en colère, plus contre lui-même pour n’avoir pas vu qu’il s’agissait d’un hologramme. Dewlanna grondait sourdement tout en continuant de tenir dans ses bras le jeune garçon qui semblait toujours terrifié. L’Ombre avait constaté tout cela d’un seul coup d’œil, mais décida de concentrer son attention sur Walt, dont l’état semblait se détériorer de seconde en seconde. Finalement, elle demanda, excédée :

- Seigneur Vador, pourriez-vous vous départir de votre supériorité quelques instants et me trouver une trousse de premiers soins? Si ce n’est pas trop vous demander, bien sûr… Je suis sûr que l’un de vos soldats en a une.

Les officiers impériaux, dont le Commandant Piett, la regardèrent avec des expressions ahuries, s’attendant de toute évidence à ce que l’Ombre se fasse foudroyer sur place par Vador dans les secondes à venir. Comme l’explosion ne venait pas, ils regardèrent ensuite le Seigneur Vador, qui se contenta, au bout de quelques secondes, de faire signe à un de ses hommes, qui s’approcha avec une trousse médicale d’urgence et s’agenouilla à côté du malade. Après s’être assuré que l’homme était entre de bonnes mains, elle se releva et s’approcha de Dewlanna et du garçon. Elle leur dit, sur un ton d’excuse :

- Désolé d’avoir dût vous terrifier, vous et le gamin, mais vous comprendrez que je ne devais pas faire de discrimination. Je devais effrayer toute la bande pour éviter un bain de sang.

Dewlanna lui demanda pourquoi elle leur disait cela. Elle ne comprenait pas trop pourquoi elle les considérait à part des autres membres du groupe. L’Ombre lui répondit qu’elle savait que le gamin ne faisait que suivre son père et qu’elle-même n’avait pas participé activement aux pillages. Les indices ne le laissaient pas croire, en tout cas. À ce moment, comme à retardement, l’adolescent dit, sur un ton indigné et outré, mais la voix toujours tremblante :

- Je ne suis pas un gamin! J’ai presque 18 ans!

- C’est ce que je disais : un gamin. Attend d’avoir 20 ans et on en reparlera. Lui rétorqua l’Ombre, amusé.

Dewlanna conseilla à Billy de ne pas ajouter un mot car il y avait très peu de chance qu’il l’emporte dans un duel verbal avec l’Ombre alors que Vador et l’Empereur lui-même n’y étaient pas parvenus. Le garçon prit une mine renfrognée et détourna alors la tête, ce qui mit son père, étendu sur le sol, dans son champ de vision. Il prit une expression inquiète et apeurée avant de se précipiter vers lui en criant « Papa! », s’agenouillant de l’autre côté du médic pour ne pas le gêner. Il lui demanda s’il allait s’en sortir et il lui fut répondu que oui car, heureusement, ils étaient intervenus à temps. Il eu l’air d’en être soulagé mais se retourna vers l’Ombre pour lancer, sur un ton mauvais :

- C’est votre faute! Il aurait pût mourir!

- Dis-moi, savais-tu que ton père avait des problèmes cardiaques? Demanda l’Ombre calmement.

- Bien sûr que non! Répondit-il, surprit.

- Hé bien, je ne le savais pas plus que toi, figure-toi, gamin. Ce n’était mentionné nulle part. De plus, je n’aurais jamais fait cela si je l’avais sut, crois-moi. Lui expliqua l’Ombre d’une voix calme et apaisante.

Le garçon ne répondit pas mais eut un regard pensif avant de soupirer et de se retourner vers son père, qui commençait à se réveiller et clignait des yeux en gémissant. Steele, qui l’observait lui aussi depuis un moment, prit alors la parole et demanda, nerveux, ce qu’ils avaient l’intention de faire d’eux, maintenant.

- Je vais faire ce que j’ai promis de faire devant les caméras de toute la galaxie. Je vous laisse au Seigneur Vador. Lui répondit l’Ombre d’un ton neutre.

- Il n’y aurait pas moyen de s’arranger?

- Ce n’est pas à moi qu’il faut demander ça, mais à lui. Rétorqua l’Ombre en désignant Vador.

L’autre loucha vers Vador et sut immédiatement que c’était une cause perdue. Il secoua la tête et ne fit pas d’autres remarques, pas même quand il fut menotté par un Commando, assez brutalement, d’ailleurs. Les autres subirent le même sort, sauf Billy et Dewlanna, le premier parce que personne ne s’occupait vraiment de lui et la seconde parce qu’elle grognait de manière menaçante tout en montrant les crocs à tout impérial s’approchant trop près.

Pendant tout ce temps, les deux assistantes de l’Ombre avaient fouillé les pièces alentour, en particulier celle du fond. Une assistante ouvrit alors la porte de côté et regarda à l’intérieur, s’exclamât alors qu’elle avait trouvé le cercueil. L’Ombre, qui se tenait encore près de Steele, sentit plus qu’elle ne vit une grande ombre noire passer juste à côté d’elle et, le temps qu’elle tourne la tête pour voir de quoi il s’agissait, elle vit que le Seigneur Vador avait poussé de côté son assistante et qu’il regardait à l’intérieur de la salle voisine par la porte ouverte.

De son côté, Vador contemplait maintenant le cercueil de marbre blanc et de bois, incrusté de cristal, qui était vraiment magnifique, et des pensées qu’il n’avait pas eu depuis très longtemps bouillonnaient dans sa tête, des souvenirs dont il croyait s’être débarrassés depuis longtemps. C’était le genre de pensées qu’il avait commencé à avoir quand il avait sut qu’il avait un fils, quelques deux ans et demi plus tôt. Entre autre, il regrettait de n’avoir pas put voir grandir son fils. Il chassa rageusement ces idées de sa tête, se disant qu’elles étaient sans importance, qu’elles parasitaient son esprit. Cependant, jamais il ne pourrait ouvrir ce cercueil lui-même, il devait bien se l’avouer, même si cela lui en coûtait. Il se posa alors la question de savoir qui savait déjà la vérité et garderait le secret. Il se rendit alors compte que l’Ombre le regardait et sentit de la compassion en elle. Elle savait donc de quoi il retournait. Il se dirigea vers elle et l’attrapa par le bras pour la tirer jusque dans la pièce voisine malgré ses protestations. Par contre, elle devinait bien pourquoi. C’est pourquoi elle dit, dès qu’elle fut dans la salle :

- Je ne pourrais pas l’ouvrir tout seul, Seigneur Vador, il est beaucoup trop lourd pour moi.
Pour prouver ses dires, elle tenta de soulever le lourd couvercle, sans succès. Elle avisa alors deux Commandos complètement désoeuvrés dans la salle voisine et leur ordonna de venir ouvrir le couvercle. Par automatisme, ils commencèrent à obéir, mais se figèrent en s’avisant que l’ordre venait d’un officier Rebelle.

- Qu’est-ce qu’il y a, vous n’arrivez plus à avancer? C’est simple, il suffit de mettre un pied devant l’autre! Allons, essayez, vous allez voir, c’est facile et pendant que vous y êtes, ouvrez donc ce couvercle. Voyant qu’ils hésitaient encore, l’Ombre prit son ton le plus autoritaire pour ordonner : Exécution, soldats!

Ils se précipitèrent alors et ouvrirent le couvercle du cercueil sans se poser plus de questions. C’est qu’ils étaient vraiment bien entraînés à obéir aux ordres peu importe d’où ils venaient! Piett regarda les Commandos d’un air surprit en se demandant à quoi il servait, finalement, si l’Ombre se chargeait de donner des ordres à sa place. Il aurait dût se douter que l’Ombre était un officier. En tout cas, elle en avait le ton! Le couvercle étant maintenant ouvert, l’Ombre fit un pas en avant, puis recula devant l’odeur qui en émanait. Elle se boucha le nez avant d’avancer de nouveau, pour constater, après une brève et peu ragoûtante observation, que les bijoux avaient disparus. Elle en fit part au Seigneur Vador, qui hocha la tête pour signifier qu’il avait comprit, avant de regarder autour de lui. Il avisa alors un petit coffret posé sur une table voisine et l’ouvrit. Constatant qu’il contenait bien les bijoux en question, il le mit près du cercueil, qui avait maintenant été refermé. Sortant un datapad de l’une de ses poches, l’Ombre vérifia aussi que rien ne manquait et remarqua que le petit morceau de bois sculpté, que la Sénatrice tenait à la main, avait disparu. Elle le dit à Vador, qui demanda à ce que la base soit fouillée pour tenter de le retrouver.

- Puisque tout ce qui devait être fait ici l’à été, nous pouvons maintenant vous quitter, mes assistantes, mes passagers et moi. Dit enfin l’Ombre avant de faire signe à Dewlanna de prendre le garçon et de la suivre.

- Il ne faisait pas partie de notre entente que vous ayez des passagers avec vous, l’Ombre. Lui lança Vador en les voyant partir.

- Le gamin et la Wookie n’ont prit aucune part aux pillages. Si le souhaitez, nous pouvons en discuter pendant des heures mais vous finirez par être d’accord avec mon point de vue, alors autant nous éviter ces procédures fastidieuses.

Elle s’ébranla alors et fit signe aux autres de la suivre, malgré les protestations du jeune Billy, qui voulait rester avec son père. Celui-ci finit par dire, d’une voix assez faible, de les suivre sans protester, pour une fois. Dewlanna finit par l’attraper et le mettre sur ses épaules pour couper court à ces bêtises d’adolescent. Juste au moment où elle allait sortir, Piett l’aborda pour lui poser une question qui lui trottait dans la tête depuis un moment déjà.

- Puis-je vous poser une question, l’Ombre?

- Bien sûr, Commandant Piett, mais ce n’est pas sûr que j’y répondrai. Cela dépend de la question.

- Pourquoi faites-vous cela? Pourquoi vous acharnez-vous à vous mettre le Seigneur Vador à dos?

- Pour deux raisons, Commandant : d’abord, c’est ma nature. Si j’ironise, c’est pour éviter de paniquer. La seconde est que l’Empereur est en même temps mon pire ennemi et mon meilleur allié, car il me veut vivant. Tant que cela durera, Vador n’osera pas me tuer. Il peut toujours me torturer mais, bon, passons… Cela répond-t-il à votre question, Commandant?

- Tout à fait, l’Ombre. Merci d’y avoir répondu.

Elle inclina légèrement la tête avant de quitter la pièce pour aller vers le hangar aux navettes. Elle demanda à Dewlanna si elle avait un vaisseau à elle et elle répondit qu’il y avait le vaisseau du groupe.

- Prenons-le, je ne crois pas que vos amis en aient encore besoin, maintenant. De plus, je n’ai pas envie de demander à Vador de nous accompagner sur Nar Shaada.

Ils embarquèrent alors dans le vaisseau, qui était assez vieux et décrépit mais toujours fonctionnel, mais il semblait que le gamin était toujours réticent et il se montra peu coopératif. Dewlanna s’occupa de lui et demanda aux autres si quelqu’un d’autre savait piloter. Oryn’Ilya lui dit que oui et elle entra dans la cabine de pilotage pour s’en occuper. Ils décollèrent enfin et quittèrent l’astéroïde avant d’entrer dans l’hyperespace en direction de Nar Shaada. Une fois là, elle dit au revoir à Dewlanna et à Billy, qui s’était calmé entre temps, et leur demanda s’ils avaient besoin de quoi que ce soit. Non, lui fut-il répondu, et Dewlanna lui expliqua qu’elle avait de la famille sur Kashyyyk chez qui elle pourrait aller. Elle y emmènerait Billy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://superman-manofsteel.forumpro.fr/index.htm
Ashema
L'Auditrice
Ashema

Féminin Origine : Partout autour de vous
Nombre de messages : 260

Feuille de route
Experiences:
100000/100000  (100000/100000)
Puissance:
50000/50000  (50000/50000)

MessageSujet: Re: Troisième nouvelle de Star Wars^^   Mar 25 Déc - 2:15

*
* *


Maintenant que cette affaire était pour ainsi dire terminée, et que l’Ombre et ses assistantes étaient en route pour la base centrale, une bonne dose de tension s’était dissipée. Tiana, alors qu’elle faisait quelques petits travaux dans la salle des machines pour passer le temps, trouva sur le sol un petit morceaux de bois sculpté, brisé en trois morceaux, au bout d’un petite cordelette et cuir. Elle le ramassa et l’observa avec curiosité, se demandant ce qu’il pouvait représenter. Elle se rappela alors l’un de ses vieux professeurs qui pourrait peut-être savoir ce que c’était. Elle mit le curieux pendentif dans l’une des poches de sa cape puis retourna au poste de pilotage. Au bout d’un moment, Jill vint voir Tiana pour lui demander comment ils allaient pouvoir faire pour prouver que c’était bien eux et pas les impériaux qui avaient résolus l’enquête.

- C’est simple, Lui répondit Tiana, grâce à l’œil espion qui nous a suivis et a tout enregistré pour nous. La seule chose qu’il n’a pas enregistrée, c’est quand nous avons monté ce petit scénario holographique pour Walt et sa bande. Ce n’était pas vraiment nécessaire.

Elle sortit alors le petit appareil de l’une de ses poches et le lui montra. Après avoir vu en partie ce qu’il y avait dessus, elle considéra que ce serait sans doute suffisant. Tiana appela ensuite la base centrale et parla avec Arisa pour lui demander de rassembler de nouveaux les mêmes journalistes que lors de leur dernière conférence. Il faudrait que ce soit fait dans une semaine exactement. Elle lui demanda aussi de prévenir d’abord Mon Mothma avant de le faire, pour qu’elle sache quelles étaient ses intentions. Elle ne voulait pas que les impériaux tirent la couverture à eux encore une fois et cette solution était le meilleur moyen d’y parvenir et, accessoirement, de mettre des bâtons dans les roues de l’Empire. Arisa lui répondit qu’elle le ferait et coupa ensuite la communication, après avoir demandé à Tiana quand elle comptait revenir.

- Pas tout de suite. Je dois d’abord me rendre sur Coruscant.

- Sur Coruscant? Pourquoi? Ce n’est pas prudent… Je connais quelqu’un qui va grimper aux rideaux quand il va savoir ça!

- J’ai une petite affaire personnelle à régler. Et tu diras à Khaled que je peux très bien me débrouiller seule! Je le faisais bien avant de le rencontrer!

- Si on ne mentionne pas que tu as été capturée à trois reprises par l’Empire, c’est vrai, tu te débrouille bien.

- À aucune de ces occasions, ce n’était de ma faute. Les circonstances ont alors jouées contre moi!

- C’est ça, oui… Ricana Arisa avant de conclure en disant : Je ferai passer ton message, ne t’en fait pas. En tout cas, sois prudente.

- Comme toujours… Merci, Arisa.

Elle coupa alors la communication et pensa à la manière dont elle allait présenter les résultats de leur enquête aux journalistes à son retour, dans quelques jours. Elle soupira et se dit que, quoi qu’elle dise, ses propos seraient prit pour beaucoup comme paroles d’évangiles. Sa réputation commençait à lui peser de plus en plus lourdement et elle se disait que, peut-être, elle devrait songer à se retirer peu à peu de la circulation pour laisser la place à ses élèves. Ils étaient pour la plupart devenus aussi bons qu’elle, après tout, et elle savait que sa pire épreuve, sa confrontation avec l’Empereur, était de plus en plus proche.

Le lendemain, elle était en route pour Bothawui, où elle pourrait récupérer son vaisseau personnel et poursuivre son voyage jusqu’à Coruscant plus rapidement. Elle y allait seule car elle ne voulait faire prendre de risques à personne pour une affaire de nature personnelle. Elle serait de toute façon réglée très rapidement et elle serait revenue à la base centrale dans moins de trois jours. Alors qu’elle était en plein hyperespace, entre Bothawui et Coruscant, Tiana ressentit quelque chose d’étrange, comme si un poids se retirait soudainement de ses épaules, un poids dont elle n’avait pas eu conscience jusqu’alors. Elle redressa les épaules et se demanda ce que c’était que cela. Elle ne put cependant mettre le doigt sur la signification de cette impression et elle la relégua dans un coin de son esprit, afin de l’examiner quand elle aurait davantage de temps. Quand elle s’était posée sur Bothawui, quelques heures plus tôt, elle avait put récupérer son aile Y modifiées en très peu de temps, grâce à l’aide de Koth Melan, le Bothan avec qui elle avait parlé quelques jours plus tôt. Il fut ravi de pouvoir l’aider et de la rencontrer en personne, la célèbre Ombre. Tiana tiqua légèrement devant ces marques de respects car, comme cela lui arrivait de plus en plus souvent, elle se sentait physiquement et moralement épuisée de devoir supporter le poids de la popularité de l’Ombre et sa propre vie personnelle en souffrait. Elle chassa ces sentiments pour l’instant mais décida d’en parler à Mon Mothma et au Général Madine plus tard.

*
* *


Sur l’Executor, le lendemain du jour où il avait capturé les pilleurs, Walt et ses complices, alors qu’il était seul dans sa chambre de méditation, le Seigneur Vador ressentit quelque chose d’étrange, comme si on venait brusquement de l’amputer d’une partie de son esprit. Il se redressa, surprit et sur ses gardes, et scruta la Force à la recherche de la cause de cette perturbation. Il fut alors beaucoup plus ébranlé en constatant que ce qui manquait maintenant, c’était la présence de l’Empereur. Il chercha plus profondément mais ne trouva trace de sa présence nulle part dans la Force. Cependant, il savait que cela ne signifiait pas qu’il fut mort mais plutôt qu’il était hors d’atteinte, dans un endroit où la Force était soit inexistante, soit neutralisée. D’une manière ou d’une autre, Vador ne pouvait plus communiquer avec l’Empereur. C’est à ce moment qu’un officier vint le voir pour lui dire qu’un message était arrivé pour lui, de la part de l’Éclair. Vador lui dit qu’il allait prendre la communication sur la passerelle et le suivit jusque là. L’hologramme de l’Éclair se matérialisa alors qu’il entrait. La première constatation qu’il fit en le voyant était qu’il n’avait pas l’air au mieux de sa forme. Il ne semblait pas avoir dormi depuis plusieurs jours et son teint était plutôt blafard. Il prit alors la parole sur un ton paniqué et inquiet :

- Enfin, Seigneur Vador, ça fait plus de trois jours que j’essaie de vous rejoindre!

- J’étais occupé, comme vous devez le savoir. Vous n’avez pas bonne mine. Que ce passe-t-il?

- L’Empereur a disparu depuis plus de trois jours maintenant et nos contacts dans la Rébellion disent que les Rebelles n’ont rien à y voir! Cependant, eux, ils jubilent littéralement! C’est un vrai cirque, sur Coruscant, et moi-même je n’ai encore réussi à trouver aucun indice valable!

- Dans ce cas, je devrais peut-être demander à l’Ombre de vous prêter assistance. Peut-être en apprendriez-vous quelque chose. Répondit Vador avec colère.

- Je vous en pris, mon Seigneur, je ne suis pas d’humeur à supporter l’ironie. Revenez dès maintenant, c’est ici qu’on a besoin de vous!

- J’arriverai sous peu. Essayer de maintenir la planète en un seul morceau, entre temps, l’Éclair…

- Ça va, n’en rajoutez pas, Vador. Si vous voyiez la cohue, ici, vous comprendriez ma situation.

- Essayez donc de dormir un peu, aussi, parce que si vous vous endormez dans un coin, vous n’aiderai personne.

- Allez-vous bien, Vador? C’est bien la première fois que vous vous inquiétez pour ma santé.

- C’est pour la sécurité de l’Empire que je m’inquiète, pas pour vous. Vous êtes la seule personne capable de maintenir l’ordre pour le moment sur Coruscant alors j’ai de bonnes raisons de m’en faire.

L’Éclair prit le parti de ne pas répondre et coupa la communication, non sans avoir au préalable jeter un regard peu amène à son vis-à-vis qui l’ignora superbement. Peu de temps après, le vaisseau entra dans l’hyperespace. Cependant, Vador était bien plus inquiet que ne l’avait laissé entendre ses paroles et il ordonna que l’on pousse les moteurs au maximum. Quelque chose lui disait que la rapidité était de mise.


*
* *


L’Ombre posa son aile Y sur la base Rebelle de Corellia et se déguisa en vieille dame pour prendre un transport de passagers jusqu’à Coruscant. Le voyage se passa sans encombres mais elle remarqua que tout le monde semblait très fébrile, comme si quelque chose était arrivé. Elle le remarqua d’abord sur Corellia, à une plus petite échelle et, quand elle arriva sur Coruscant, le niveau d’anxiété et de fébrilité dans l’air frappa comme une gifle ses petits dons de Jedi. De plus, il était impossible de mettre la main sur un fonctionnaire impérial, comme s’ils avaient tous décidé de prendre des vacances en même temps. Elle trouvait cela de plus en plus étrange. Alors qu’elle s’avançait dans une rue bondée, elle vit enfin un groupe d’impériaux rassemblé devant un immeuble officiel, parmi lesquels elle reconnut deux personnes : l’Éclair et le Général Damian. Il y avait aussi une troisième personne qu’elle ne reconnut pas, un Grand Moff, de toute évidence, si elle en croyait son uniforme. Ses sens de Jedi lui soufflaient cependant qu’elle ne puisse pas lui faire confiance, en aucune façon. Alors qu’elle passait près d’eux, elle percuta l’Éclair du coude et il s’effondra sur le sol comme si on avait soudainement coupés les fils qui le tenaient debout.

- Pardon, jeune homme. Elle lui tendit la main et l’aida à se relever. Quand elle vit son air, elle ajouta :Vous avez l’air épuisé, mon garçon. Vous devriez aller dormir.

- C’est ce que je me tue à lui dire, madame, mais il ne veut rien entendre. Il se tourna vers l’Éclair pour poursuivre, d’un ton grondeur : Vous voyez, voici une autre personne qui est d’accord avec moi. Allez vous coucher! Je vous préviens, si vous ne le faites pas, je m’en charge moi-même!

- Vous n’oseriez pas, Général Damian!

- Vous voulez parier, mon garçon? Grand Moff Lynch, je vous en prit, emmener ce jeune têtu et trouvez-lui un lit au plus vite!
- Puisque je n’ai rien de mieux à faire pour le moment, ce sera avec plaisir, Général. Allez, l’Éclair, venez avec moi, c’est l’heure de la sieste.

Alors qu’ils allaient partir, l’Ombre se pencha vers l’Éclair et lui chuchota à l’oreille, de la voix qu’elle avait prit lors de leur première rencontre, quelques mois plus tôt :

- Bonne nuit, mon garçon…

Trop fatigué pour vraiment entendre ce qu’on lui disait, l’Éclair répondit vaguement avant d’être entraîné par Lynch, qui dut presque le soutenir tant il était chancelant sur ses jambes. Il se dit qu’il avait déjà entendu cette voix quelque part, mais il n’arrivait pas à se rappeler en quelles circonstances, ni quand. Il ne s’en souvint qu’une demi-heure plus tard, alors qu’il était couché et sur le point de s’endormir. Il se redressa alors bien droit dans son lit et s’écria, consterné :

- Ho non, mais quel idiot!

Il attrapa alors son communicateur, posé sur la table de nuit, et contacta le Général Damian. Ce dernier répondit en lui disant qu’il devrait dormir maintenant. L’autre le coupa alors, assez énervé :

- Plus tard! La vielle dame qui m’a percuté, tout à l’heure, où est-elle passée?

- Elle est partie depuis longtemps. Qu’avez-vous, encore, l’Éclair? On dirait que vous êtes dans tous vos états.

- Cette vielle dame, c’était l’Ombre! J’ai reconnu sa voix!

- Quoi!? Vous en êtes sûr?

- Oui, j’en suis persuadé!

- Bien, même si vous avez raison, il est trop tard pour partir à sa poursuite, maintenant. Elle a peut-être déjà quitté la planète, d’ailleurs. Il soupira et ajouta : Le mieux que vous puissiez faire, c’est de vous recoucher, maintenant.

- Ouais, vous avez sans doute raison…

Il marmonna quelque chose d’autre puis coupa la communication. Il était si fatigué que, quand il se recoucha, il sombra immédiatement dans le sommeil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://superman-manofsteel.forumpro.fr/index.htm
Ashema
L'Auditrice
Ashema

Féminin Origine : Partout autour de vous
Nombre de messages : 260

Feuille de route
Experiences:
100000/100000  (100000/100000)
Puissance:
50000/50000  (50000/50000)

MessageSujet: Re: Troisième nouvelle de Star Wars^^   Mar 25 Déc - 2:16

*
* *


Une fois arrivée sur le campus de l’Université Impériale, Tiana remarqua la même fébrilité que partout ailleurs sur la planète. Certain semblaient catastrophés alors que d’autres jubilaient ouvertement, surtout des non-humains. Elle ne savait toujours pas pourquoi, cependant, et cela commençait à l’exaspérer. Elle demanda à une jeune humaine, qui passait près d’elle à ce moment, si le professeur VanDyke enseignait toujours l’histoire sur ce campus.

- Bien sûr, son bureau est dans le bâtiment des sciences sociales, qui se trouve là-bas. Répondit la jeune fille en lui pointant un bâtiment.

- Merci, mon enfant.

Quand elle arriva devant le bureau de son ancien professeur, Tiana cogna doucement à la porte. Une voix qu’elle reconnut tout de suite lui dit d’entrer et elle poussa la porte, pénétrant dans un grand bureau rempli d’objets hétéroclites dont elle se rappelait avec une certaine nostalgie. Elle dit, de sa voix de vieille femme :

- Excusez-moi, professeur VanDyke, puis-je vous déranger un moment?

- Bien sûr, madame, entrez, entrez! Répondit le vieux professeur avec chaleur, avant de poursuivre : Je n’ai pas de cours avant deux bonnes heures!

Tiana entra dans le bureau et referma la porte derrière elle avant de s’approcher du bureau et de poser un petit appareil de brouillage sur un de ses coins. Après, elle reprit sa voix normale pour dire, d’un ton doux :

- Bonjour, professeur, ravie de vous revoir. Je suis heureuse de constater que vous avez toujours bon pied bon œil.

Il leva les yeux de ses notes et regarda sa visiteuse avec étonnement. Il se rendit compte que cette vielle dame n’était pas du tout ce dont elle avait l’air. Il lui semblait reconnaître cette voix, mais ne pût mettre un nom dessus. Il dit donc, intrigué :

- Il me semble reconnaître votre voix mais votre nom m’échappe, mademoiselle. Il avait bien sûr remarqué qu’il s’agissait de la voix d’une jeune fille.

- Laissez-moi vous rafraîchir la mémoire : il y a six ans, une toute jeune fille vous a posé une question sur la relativisation de l’histoire de la République durant les premières années de l’Empire.

Le professeur se mit à réfléchir intensément et, au bout d’un moment, la lumière se fit dans son esprit. Il dit alors, avec un grand sourire :

- Est-ce que vous vous intéressez toujours à ce sujet, mademoiselle Antssassoa?

- Oui, professeur, c’est pour ça que j’ai rejoint la Rébellion. Elle sortit alors un petit objet de sa poche et le lui tendit : Au fait, j’ai trouvé ceci en enquêtant sur les pilleurs de tombe. Pouvez-vous le réparer?
Le professeur prit délicatement le petit objet et l’examina à la loupe avant de dire :

- Sans aucun problème, mais je croyais que c’était l’Ombre qui enquêtait sur…

Il leva la tête rapidement et se mit à fixer Tiana d’un regard surprit. La mâchoire lui pendait sur la poitrine. En son for intérieur, il se reprochait de n’avoir pas compris plus tôt.

- Alors, vous êtes l’Ombre? J’aurais dû le deviner. Cet agent Rebelle semblait avoir les mêmes compétences que vous.

- Vous m’en voyez ravie, professeur. Cela doit cependant rester entre nous. Personne ne doit savoir. Mes supérieurs seraient furieux d’apprendre que je vous aie mis dans la confidence.

- Ne vous en faites pas, votre secret est en sécurité avec moi. Lui rétorqua le vieil homme avec un petit sourire en coin.

Il commença à réparer le petit objet de bois avec minutie et s’y attela en silence pendant les quelques minutes suivantes, jusqu’à ce qu’un détail lui revienne en mémoire. Il se leva et se dirigea alors vers un petit bureau situé dans un coin de la pièce. Il en sortit un paquet et un pot de colle, qu’il rapporta jusqu’à sa table de travail. Il tendit le paquet à Tiana en lui disant :

- J’ai réussi à intercepter ceci avant que les impériaux ne vide votre chambre. Il vient d’une banque de Coruscant et devait vous être remis à votre vingtième anniversaire, selon l’employé avec qui j’ai parlé.

Elle prit le paquet des mains de son ancien professeur et le soupesa quelques instants avant de lire ce qui était inscrit dessus. Elle reconnut immédiatement l’écriture de son grand-père et s’empressa alors d’ouvrir le paquet, très curieuse. Elle sortit de la boite un long cylindre de métal ouvragé, dont la forme lui dit quelque chose. On aurait dit une poignée, dont la forme s’adaptait parfaitement à ses mains à elle.

- Un sabrelaser? Pourquoi vous donnerait-on un sabrelaser? Interrogea son professeur.

- Mon grand-père était un Maître Jedi… Dit-elle avant d’allumer le sabrelaser.

Une lame d’énergie pure de couleur violette en jaillit et le professeur sembla encore plus étonné. Comme Tiana, il examina la lame sous toutes ses coutures avant de dire, une pointe de respect dans la voix :

- Je n’ai entendu parler que d’un seul autre sabrelaser de cette couleur dans toute l’histoire des Chevaliers Jedi. Il appartenait à un Jedi très puissant, le Maitre Mace Windu. Votre grand-père semblait avoir une grande estime de vous, très chère.

Elle éteignit le sabrelaser et le rangea dans les replis de ses vêtements, tandis que le professeur retournait à sa table de travail pour finir de réparer le petit pendentif en bois. En quinze minutes, il eut terminé, et il tendit l’objet réparé à la jeune fille, qui le prit dans sa main avec délicatesse. Elle regarda l’heure et remercia son vieux professeur, lui disant qu’elle devait maintenant partir. Elle embrassa son vieil ami sur la joue et le remercia pour tout ce qu’il avait fait pour elle. Ce sabrelaser était sans doute la dernière chose que son grand-père avait fait pour elle et elle n’aurait pas voulu que ce soit les impériaux qui l’ait. Elle éteignit ensuite le brouilleur et le rempocha, quittant ensuite le bureau sur un dernier au revoir. Elle trouva plus tard un vaisseau de transport qui faisait route vers Correllia et, au moment où le vaisseau allait entrer en hyperespace, elle vit l’Executor sortir de l’hyperespace et se dit qu’elle était partie juste à temps.

*
* *


Une fois sur Corellia, elle rejoignit la base Rebelle pour se changer et récupérer son vaisseau avant de repartir vers la base centrale. Quand elle quitta l’hyperespace, elle ressentit un danger tout proche, mais la sensation était vague. Cependant, elle se dépêcha d’entrer ses nouvelles coordonnées dans son ordinateur de bord pour quitter les parages le plus vite possible.

*
* *


Quand il avait appris que Vador était sur le point de revenir sur Coruscant, le Grand Moff Lynch s’était empressé de quitter la planète avec son vaisseau personnel, sous prétexte de quadriller un secteur éloigné de la galaxie. Il était non loin du secteur de Baji quand un de ses officier lui dit qu’un petit vaisseau venait de sortir de l’hyperespace devant eux.

- Quel genre de vaisseau est-ce, Commandant?

- Une aile Y modifiée, mon Seigneur. Il ne nous a pas encore repéré, cependant. Ce vaisseau porte les marquages Rebelles

- Interceptez-le, Commandant. Une aile Y modifiée est très certainement le vaisseau personnel d’un officier. Cela pourrait s’avérer profitable pour nous.

- À vos ordres.


*
* *


Juste avant qu’elle ne passe en hyperespace, Tiana ressentit un avertissement très puissant de danger, juste avant que son chasseur ne soit atteint de plein fouet par un tir de laser. Les systèmes d’alarmes du vaisseau se déclenchèrent tous en même temps et Tiana poussa un juron sonore avant de consulter ses écrans de diagnostique, qui lui apprirent de mauvaises nouvelles. D’abord, elle avait perdu ses moteurs principaux ainsi que son bouclier. De plus, ses communications longue portée étaient hors service et elle ne pouvait donc pas envoyer de message de détresse à la base la plus proche car elle était dans un coin vraiment perdu de la galaxie. Elle songea d’abord qu’une météorite l’avait peut-être frappée, tout en tentant de garder le contrôle sur son vaisseau, qui menaçait de partir en vrille, jusqu’à ce que sa radio grésille et qu’une voix autoritaire se fasse entendre.

- Vaisseau Rebelle, immobilisez-vous et préparez-vous à être abordé. Au moindre signe d’hostilité, nous vous détruirons.

Un peu interloquée par cette soudaine irruption, Tiana se demanda de qui diable il pouvait s’agir pour prendre de telles libertés. Elle répondit cependant, pour tenter d’avoir des renseignements sur son ennemi invisible.

- Qui êtes-vous, bon sang, des pirates? Vous allez être déçus, je n’ai rien de précieux! Allez donc embêter les vaisseaux de luxe!

En même temps, elle cherchait des yeux le vaisseau qui l’avait attaqué, mais ne put le voir nulle part. « Mais où est-il donc? » se demanda-t-elle, de plus en plus nerveuse et intriguée. Un souvenir de son enfance lui revint alors en mémoire, quelque chose que son grand-père lui avait dit et qu’elle avait jusqu'alors plus ou moins oublié. Il lui avait conseillé de ne pas se contenter de regarder avec ses yeux, qu’il y avait d’autres moyens de voir. Elle ferma donc les yeux et se concentra pour tenter de localiser son assaillant. Elle perçut rapidement une sorte de vaste trou noir juste derrière elle, de la forme et de la taille approximative d’un destroyer impérial. Elle blêmit légèrement et murmura pour elle-même un « ho non… » consterné. Avec un vaisseau à moitié démoli et des moteurs hors service, elle n’avait aucune chance de lui échapper. Elle tenta cependant une manœuvre osée qui lui permettrait peut-être de prendre de l’avance sur le destroyer. Elle laissa son vaisseau partir en vrille, ce qui l’éloigna du vaisseau impérial et la mit hors de sa portée, pour le moment du moins. Quand elle jugea que la vrille avait assez duré, elle reprit le contrôle et alluma ses moteurs auxiliaires. Elle savait qu’elle n’irait pas très loin mais elle devait tenter le coup. « Si Khaled apprend ça, il va m’assommer!... » pensa-t-elle alors ironiquement, se souvenant de sa dernière conversation avec Arisa.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://superman-manofsteel.forumpro.fr/index.htm
Ashema
L'Auditrice
Ashema

Féminin Origine : Partout autour de vous
Nombre de messages : 260

Feuille de route
Experiences:
100000/100000  (100000/100000)
Puissance:
50000/50000  (50000/50000)

MessageSujet: Re: Troisième nouvelle de Star Wars^^   Mar 25 Déc - 2:17

*
* *


Sur le destroyer, quand l’officier vit cette manœuvre incongrue et suicidaire, il s’exclama, atterré :

- Mais qu’est-ce qu’il fait, bon sang!?

Lynch, qui avait lui aussi observé la scène, se dit que le Rebelle devait maintenant jouer ses dernières cartes pour effectuer une manœuvre aussi risquée. Il ordonna de pousser la vitesse afin de rattraper ce moustique, qui semblait quelque peu amoché depuis leur attaque au laser. Le responsable du rayon tracteur lui annonça qu’ils avaient réussi à piéger le petit vaisseau et qu’ils l’amenaient maintenant à bord. Il y eu une petite explosion a ce moment et ils perdirent momentanément prise sur le petit chasseur, qui en profita pour reprendre du champ, mais fut rattrapé presque immédiatement.

- Que s’est-il passé… Demanda Lynch en regardant le petit chasseur que l’on emmenait maintenant vers une soute.

- Il a profité du fait qu’il était sous notre bouclier pour tirer sur un de nos rayons tracteurs. C’était bien joué mais il était trop endommagé pour fuir.

- Très bien. Emmenez-moi notre « invité » ici dès qu’il sera à bord.

- À vos ordres, mon Seigneur.

*
* *


Dans son aile Y, Tiana décrocha son harnais et sortit son blaster dès qu’elle fut à bord du vaisseau. Elle avait peu de chance de l’emporter mais elle se défendrait bec et ongles. Elle se mit sur le côté de la porte et attendit que l’on vienne la chercher. Elle tira sur le premier soldat qui franchit le seuil et constata avec surprise que son armure était noire et non blanche. Elle se dit que ce pouvait être une armée privée ou quelque chose comme ça. De toute façon, elle n’en avait cure. Tout ce qu’elle souhaitait, c’était repartir au plus tôt.

Au bout de quinze minutes de ce petit manège, le Grand Moff commençait à s’impatienter. Ce Rebelle était plus coriace qu’il ne l’aurait crut et ne laissait personne approcher de son vaisseau. Il conseilla alors à ses hommes d’utiliser une grenade paralysante pour le mettre hors d’état de nuire et le faire sortir de son engin.

- Vous avez cinq minutes, mais je veux le voir hors de ce vaisseau d’ici là!

Dans son chasseur, Tiana trouvait que les environs étaient devenus beaucoup trop silencieux depuis quelques minutes et elle jeta un coup d’œil rapide par le sas. Elle eut juste le temps de s’engouffrer dans la cabine de pilotage avant qu’une grenade paralysant n’atterrisse à quelques mètres d’elle. Elle fut sonnée mais elle demeura quand même consciente car elle avait été en partie protégée par une paroi. Ce ne fut cependant pas suffisant pour arrêter les soldats qui s’engouffrèrent dans le vaisseau à la suite de l’explosion et qui réussirent à la désarmer. Elle fut ensuite tirer vers l’extérieur et emmener sans ménagement dans un long couloir. Elle tenta bien de se dégager de la poigne qui la retenait mais sans succès. Ils l’emmenèrent jusqu’à la passerelle du navire où un homme qu’elle reconnut tout de suite semblait attendre son arrivée. Une fois le premier moment de surprise passé, il eut un grand sourire qu’elle trouva quelque peu dérangeant et dit, d’un ton enjoué :

- Eh bien, eh bien… Qui avons-nous là? L’Ombre en personne. La galaxie tout entière résonne de vos exploits en ce moment.

- Merci, trop aimable. Et que faite vous ici, grand Moff Lynch? Sûrement pas du tourisme. Ironisa l’Ombre.

- J’avais entendu bien des choses sur votre inimitable sens de l’ironie, mon cher. L’entendre par moi-même est un vrai délice! Il eut un sourire qu’elle considéra comme un peu dérangé avant de poursuivre : Et si c’était le cas?

- Je vous croyais tous à la recherche de votre très cher Empereur, Lynch. Auriez-vous déserté les rangs soudainement. Ça pourrait vous emmener des ennuis…

- Croyez-vous vraiment que je sois assez idiot pour vous révéler tous mes plans sur la passerelle de mon vaisseau, l’Ombre?

- Oui… Lui répondit-elle de son ton le plus insultant possible.

Elle vit que sa tactique commençait à faire son petit effet. Lynch était de plus en plus surchauffé et il n’allait pas tarder, selon elle, à ouvrir les vannes. Il la toisa de haut en bas avec mépris et arrogance avant de dire, menaçant :

- Je pourrais vous livrer à l’Empire pour récolter la prime sur votre tête…

- Et qui la verserait? Votre Empereur disparu? Elle plissa les yeux et le Grand Moff se sentit alors scanné par son regard. Elle ajouta ensuite, d’un ton neutre : À moins que vous ne sachiez parfaitement où il est… Est-ce la raison principale pour laquelle vous ne participez pas aux recherches pour le retrouver?

Les yeux du Grand Moff s’agrandirent alors de surprise avant de se réduire à deux fentes suspicieuses et méfiantes. Ces réactions étaient aussi éloquentes pour l’Ombre que si Lynch le lui avait dit en face. Donc, c’était lui qui avait capturé l’Empereur… Intéressant… Elle aurait aimé savoir comment il s’y était prit, mais elle avait d’autres chats à fouetter. Elle dit donc, impérieuse :

- Je me moque complètement de ce que vous avez fait ou de comment vous l’avez fait, et ce n’est certainement pas dans mon intérêt d’aider l’Empereur. Alors, laissez-moi partir et on en reste là.

- J’ai bien peur de ne pas pouvoir vous laisser partir, l’Ombre, maintenant que vous êtes au courant de ce fait.

- Et à qui voudriez-vous que je le dise, Lynch? Il n’est pas dans mon intérêt que l’Empereur revienne.

- Vous pourriez avoir une prime conséquente si vous décidez de me dénoncer à Vador.

- Laissez tomber la paranoïa. Je ne suis pas son chien-chien. Il peut se débrouiller tout seul!

- Si jamais mon plan initial échoue, vous seriez un prix de consolation très intéressant. Je préfère donc vous garder près de moi.

- Vador lui-même n’a pas été capable de me garder alors je ne vois pas comment vous y arriveriez!

Il eut un petit sourire en coin pas très rassurant avant de faire un signe vers l’arrière de la passerelle. Tout en faisant cela, il dit :

- Selon la rumeur, l’Ombre aurait des dons dans la Force, tout comme l’Empereur et Vador. Je me demande comment vous réagiriez si on vous en privait tout à coup…
- De quelle manière comptez-vous vous y prendre? Ce n’est pas comme un organe que l’on peut retirer par une opération chirurgicale, vous savez.

Un soldat approcha alors et elle remarqua qu’il portait quelque chose de bizarre sur le dos, une créature qu’elle n’avait jamais vue auparavant, dotée d’un long cou reptilien flexible et de longues pattes enroulées autour d’une branche d’arbre. Dès qu’il fut près d’elle, elle se sentit comme brusquement sourde et aveugle, et elle ne put réprimer un mouvement de recul. C’est comme si elle venait de perdre quelque chose qui lui était aussi naturel que respirer ou marcher, c’était très perturbant. Elle recula encore de quelques pas et la sensation finit par disparaître. Elle ne put s’empêcher de s’exclamer à voix haute :

- Mais qu’est-ce que c’est que cette créature? C’est la première fois que je vois quelque chose de tel!

- Alors, vous aimez mon petit Ysalamir, l’Ombre? Ces créatures sont vraiment fascinantes… Je les ai découvertes sur un monde appelé Myrkr, sur la bordure extérieure. Le moyen de défense de cette créature est de créer un champ anti-Force, qui empêche ceux qui en sont doté de s’en servir quand ils sont dans son périmètre. Il caressa le cou de la bestiole et ajouta : Elles m’ont été d’une grande utilité, dernièrement.

- Ainsi, c’est de cette façon que vous êtes parvenu à duper l’Empereur… C’est très malin, mais n’espérez pas que votre stratagème fasse long feu. Vous n’escomptez pas retenir Vador ou, plus encore, l’Empereur lui-même, très longtemps avec vos petite bébêtes? De plus, ne pensez pas que je dépends de la Force au point d’oublier qu’il existe d’autres moyens de me sortir du pétrin. J’ai plus de ressources que vous ne semblez le croire, Lynch.

- Je pense que les prochains jours vont être très intéressants!

- Et pourquoi donc, Lynch?
- Pour voir la célèbre Ombre en action, justement! J’ai hâte de voir comment vous allez gérer la situation.

- Et ce sera peut-être votre dernière erreur. Ne commettez pas la bêtise de me sous-estimer. Vador a déjà commis cette erreur et il s’en est mordu les doigts… Enfin, ce qui lui tiens lieu de doigts…

- Nous verrons bien, l’Ombre.

Il ordonna alors à ses soldats de l’emmener en cellule et elle fut poussée en avant sans ménagement, après avoir été conduite vers la sortie de la passerelle. Juste avant qu’elle ne disparaisse dans le couloir, elle lança, sur un ton glacial :

- Je vous jure que vous me paierez ça, Lynch.

*
* *


Quand la porte de sa cellule se referma derrière elle, Tiana regarda autour d’elle pour se faire une idée de la configuration des lieux. Tout ce qu’elle put constater, c’est que c’était une cellule tout à fait standard dans un destroyer tout à fait standard. Il ne lui serait donc pas très difficile de trouver un moyen de s’échapper de ce trou. Elle s’assit sur la couchette étroite et dure et attendit deux heures avant de tenter une sortie. Elle sortit son sabrelaser d’une poche secrète de sa cape et s’attaqua à la grille du plafond. Ce fut d’une telle facilité qu’elle en fut consternée et se dit que les impériaux n’apprendraient de toute évidence jamais. Elle pensa aussi, avec un sourire de regret, que son grand-père avait bien choisi son moment pour lui faire parvenir cette arme. Elle se glissa par le trou et se dépêcha de ramper dans le conduit. Elle n’avait pas fait dix pas que l’alarme se mit à résonner au loin. Elle se dit qu’elle aurait dût attendre quelques minutes, après que le garde soit passé, pour sortir de sa cellule.

Au même moment, quand l’alarme se mit à résonner dans les couloirs, le Grand Moff Lynch sursauta. Il demanda ce qui se passait et on lui répondit que l’Ombre n’était plus dans sa cellule.

- Déjà? Il a fait vite! Faites surveiller tous les hangars à navettes et tous les points de sortie des bouches de ventilation. De toute façon, il n’ira pas loin, nous somme dans l’hyperespace.

- À vos ordres, Monsieur.

Lynch se frotta les mains avec enthousiasme. Le jeu commençait plus vite qu’il ne l’avait prévu mais cela ne le rendrait que plus intéressant! Il y avait alors dans ses yeux une lueur particulière qui montrait à quel point cet homme pouvait être dangereux. Lui aussi n’était pas de ceux qu’il était sage de sous-estimer et l’Ombre allait s’en rendre compte bien assez tôt. Bientôt, il allait imposer sa volonté à la galaxie toute entière et pas seulement à quelques individus choisis par ses soins. S’il réussissait à imposer sa volonté à l’Ombre elle-même, il serait vraiment le personnage le plus important de la galaxie.

Après quelques minutes de tours et détours dans ces conduits obscurs et poussiéreux, l’Ombre arriva enfin à un point de sortie. Malheureusement, il était gardé par un soldat en armure noire et elle n’avait pas son blaster. Sa seule arme était son sabrelaser et elle se résigna à employer la manière forte. Le garde fut à terre avant même d’avoir put comprendre ce qui lui arrivait quand l’Ombre lui tomba dessus par derrière. Elle récupéra son arme et le laissa là, poursuivant son chemin dans le couloir pour le moment désert. Elle accéléra cependant le pas, se doutant que cette situation ne durerait pas.

Sur la passerelle, Lynch suivait l’avancée de l’Ombre et était de plus en plus enthousiaste, ce qui mettait ses officiers un peu mal à l’aise. Il devait bien admettre que l’Ombre était aussi bonne qu’on le disait. Cinq minutes plus tard, il apprit qu’on avait perdu le contact avec un des soldats. Ceux qui avaient été envoyés pour vérifier l’avaient trouvé mort, sans toutefois comprendre comment il était mort. Son arme avait aussi disparue, ce qui signifiait que l’Ombre était maintenant armé.

L’Ombre arriva enfin dans le hangar aux navettes sans rencontrer d’autres obstacles, grâce à ses dons pour se mouvoir avec discrétion. De son côté, Lynch apprit que l’Ombre venait d’arriver dans le hangar aux navettes. Il suivit ses progrès sur une caméra et vit qu’aucuns des techniciens ne remarqua sa présence, même si elle passait tout près d’eux. Même sans la Force, elle était un adversaire redoutable. Elle se cacha tout près d’une navette sans y entrer cependant. Au bout d’un moment, elle se glissa à l’intérieur et disparut des écrans. Elle réapparut quelques instants plus tard, soutenue par deux soldats. Le Grand Moff quitta la passerelle pour aller les rejoindre et arriva au moment où les soldats quittaient le hangar avec l’Ombre. Il se mit devant elle, alors qu’elle reprenait ses esprits, et dit, jubilant :

- Belle tentative, l’Ombre! Vous êtes redoutable, même sans la Force! Vous comprendrez par contre que je ne puisse vous laisser vagabonder à votre guise sur mon vaisseau.

- Vous comptez remédier à cette situation comment, Lynch?

- Vous êtes peut-être très fort et très intelligent, l’Ombre, mais je suis sûr que vous ne résisterez pas à une bonne dose de somnifère.

- La liste des griefs que j’ai à votre égard ne fait que s’allonger, Lynch. Faites attention, car il se peut que vous n’ayez pas les moyens de payer la facture le moment venu. N’empêche, il se peut que l’Empereur soit plus rapide que moi pour vous faire payer…

Un médic, qui avait préalablement été appelé par Lynch, arriva sur ces entrefaites et dit qu’il avait emmené de quoi endormir tout un troupeau de Banthas. Des soldats la plaquèrent au sol pour que le médics puisse lui faire son injection et la maintinrent jusqu’à ce qu’elle semble endormie. Alors qu’ils relâchaient la pression, Tiana rua fortement et réussi à faire tomber un de ses geôliers, qui tomba à la renverse. Elle tenta de se relever mais elle chancela fortement et retomba sur les genoux avant d’être de nouveau plaquée contre le sol. Le médic n’en croyait pas ses yeux. Il lui avait donné une dose assez forte pour endormir une personne deux fois plus grande qu’elle. Il décida donc de lui donner la moitié d’une dose encore car il ne voulait pas la tuer, quand même. Sentant une autre piqûre, Tiana sentit ses forces l’abandonner peu à peu et finit par sombrer dans le sommeil. Les soldats la déposèrent dans une nouvelle cellule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://superman-manofsteel.forumpro.fr/index.htm
Ashema
L'Auditrice
Ashema

Féminin Origine : Partout autour de vous
Nombre de messages : 260

Feuille de route
Experiences:
100000/100000  (100000/100000)
Puissance:
50000/50000  (50000/50000)

MessageSujet: Re: Troisième nouvelle de Star Wars^^   Mar 25 Déc - 2:18


*
* *


Après neuf heures de voyage, le destroyer atteignit enfin sa destination et se plaça en orbite autour de la planète rocheuse. Il avait établi depuis peu une petite base sur cette planète, au même emplacement que l’ancien laboratoire impérial. Depuis qu’il avait l’Ombre à son bord, Lynch n’avait qu’une envie, découvrir son identité. Elle était aussi célèbre que l’Empereur lui-même, après tout. Pas étonnant que ce dernier veuille la démasquer le premier. Lynch, qui se disait que, comme il allait bientôt devenir le nouvel Empereur, il était de son droit de savoir qui était l’Ombre. Il laissa la passerelle à son second et se dirigea vers le bloc de détention.

Dans sa cellule, Tiana commençait à émerger de son profond sommeil et des sensations vagues arrivaient maintenant à ses sens, sans toutefois parvenir à la réveiller complètement. Ce n’est donc que très vaguement qu’elle eut conscience que la porte de sa cellule s’ouvrait et que quelqu’un entrait dans la pièce. Elle sentit quelques instants après, qu’on lui retirait son brouilleur et sa cape mais elle ne pouvait encore rien faire pour l’empêcher. Elle put cependant déduire assez facilement qui était son visiteur et en conçut une grande colère.

Après qu’il eut enlevé le brouilleur et la cape qui la recouvraient entièrement et dissimulaient ses traits, Lynch fit un pas en arrière avec une expression bouche bée. C’était une jeune fille d’à peine vingt ans qui mettait en échec les services de renseignement de l’Empire depuis près de trois ans! Il vit aussi qu’elle portait un uniforme de Général des services de renseignement Rebelle, donc elle était une personne assez importante au sein de la Rébellion. Pensif, il grava ses traits dans sa mémoire avant de remettre en place la cape et le brouilleur. Il ne voulait pas que quiconque d’autre que lui soit au courant de ce renseignement. De plus, il était assez gênant qu’une toute jeune fille à peine sortie de l’adolescence puisse tenir en respect la toute puissance impériale. Il quitta ensuite la cellule et se dirigea vers ses quartiers pour consulter les archives qu’il avait à sa disposition pour découvrir qui était cette jeune fille. La consultation de ces archives lui permit de découvrir assez vite qui elle était. Il apprit donc qu’elle se nommait Tiana Antssassoa et était originaire d’Alderaan. Elle était entrés à l’Université dès l’âge de 15 ans et avait des dons hors du commun pour la recherche et l’analyse, et une intelligence très au-dessus de la moyenne. Elle avait disparu presque trois ans auparavant alors que l’Empereur lui-même la cherchait. Elle avait alors rejoint la Rébellion, un mois avant la bataille de Yavin et était entrée dans les renseignements peu de temps après. C’était tout ce que le dossier contenait, en plus d’une note qui disait que le Seigneur Vador la soupçonnait d’être l’Ombre ou l’une de ses élèves. Il referma le dossier en se disant que, sur ce point, Vador avait été particulièrement perspicace. Il devait maintenant trouver de quelle manière il devait utiliser ces informations…

Une heure plus tard, quand elle fut enfin réveillée, la première chose qui lui vint à l’esprit était qu’elle devrait à tout prix s’assurer que Lynch garderait son secret pour toujours. Cette solution ne lui plaisait pas vraiment mais elle savait qu’elle n’aurait pas le choix car le moment n’était pas encore venu de révéler son identité à la galaxie.

FIN DU CHAPITRE 5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://superman-manofsteel.forumpro.fr/index.htm
Ashema
L'Auditrice
Ashema

Féminin Origine : Partout autour de vous
Nombre de messages : 260

Feuille de route
Experiences:
100000/100000  (100000/100000)
Puissance:
50000/50000  (50000/50000)

MessageSujet: Re: Troisième nouvelle de Star Wars^^   Mar 22 Jan - 6:17

Chapitre 6



Dans le hangar à navettes, Lynch l’attendait avec quelques-uns de ses hommes. Quand elle s’approcha de lui, poussée par ses deux gardes, elle lui jeta son regard le plus glaçant et le plus dur avant de lui dire :

- Vous aller me le payer très cher, Lynch. Croyez-vous vraiment que je vais vous laisser vous en sortir après cet affront?

- Vous n’êtes pas en position de me menacer pour le moment, l’Ombre. Maintenant, j’ai quelqu’un à vous présenter. Dit-il en faisant signe aux gardes de l’emmener dans la navette.

Tout en se disant qu’elle avait très envie de lui enlever son air supérieur à coup de blaster, Tiana fut installée dans un des sièges de la navette, qui sortit peu de temps après du hangar. En regardant par le hublot, elle put voir que la planète sur laquelle ils se rendaient était Kiva, mais elle se dit qu’elle avait un petit quelque chose de différent. Elle paraissait moins menaçante, d’une certaine façon. Quand la navette eut atterri, Tiana fut encore une fois bousculée et poussée à l’extérieur de la navette. Lynch, qui était descendu à sa suite, fit un grand geste qui englobait le paysage rocheux et désolé qui s’étendait devant eux en disant :

- Bienvenue sur Kiva, l’Ombre! J’avoue que le paysage est assez désolant mais c’est parfait pour y installer une base. Dit-il en mettant une main sur l’épaule de Tiana.

- Enlevez votre main de mon épaule, Lynch, si vous ne voulez pas prendre la mienne en pleine figure! Rétorqua-t-elle en la regardant comme un insecte répugnant posé sur son épaule.

Il eut un petit sourire narquois avant de retirer sa main, puis ordonna que l’on mette l’Ombre dans une cellule, et il ajouta en ricanant :

- J’espère que vous allez bien vous entendre avec votre compagnon de cellule, l’Ombre.

*
* *


Quelques minutes plus tard, elle fut carrément jetée dans une cellule et elle s’étala par terre de tout son long. « Bande de sauvages! » pensa-t-elle en se retenant avec les mains pour ne pas embrasser le sol de plein fouet. Elle lança une série de jurons et d’atteintes savoureuses à la virilité du Grand Moff Lynch. Cela faisait une trentaine de seconde qu’elle s’épanchait de cette façon quand une voix froide et impérieuse qu’elle reconnut immédiatement dit, sur un ton amusé :

- Je n’aurais sut mieux dire, l’Ombre. Cependant, je ne vous connaissais pas un tel langage.

- Non, je n’en crois pas mes oreilles… Elle se redressa et se releva enfin et ajouta, ironique : Et je n’en crois pas mes yeux non plus! Finalement, elle ajouta sur un ton hésitant : Veuillez excuser mon langage, Altesse. D’habitude, je suis plus cultivée…

Elle se remit finalement sur ses pieds et épousseta sa cape d’un revers de la main. Elle regarda alors son compagnon de cellule avec une certaine surprise, mais elle s’y attendait à moitié. « Bon, maintenant, je comprends où Lynch veut en venir. C’est la place de l’Empereur qu’il veut! » pensa-t-elle alors. Elle s’assit le plus loin possible de l’Empereur et s’enveloppa dans sa cape, comme si elle voulait s’en servir comme bouclier. Ils se regardèrent en chien de faïence pendant environ une heure, jusqu’à ce que des pas se fassent entendre dans le couloir devant la cellule. La porte s’ouvrit alors et Lynch entra en compagnie de deux soldats en armure noire. L’Ombre trouvait que ces armures avaient l’air en quelque sorte… déplacée, et très dérangeante.

- Coruscant est en pleine décrépitude, depuis votre disparition, Altesse. Je pourrai prendre votre place sous peu sans rencontrer la moindre résistance.

- Il y a deux petits détails que vous semblez avoir oublié dans votre plan, Lynch! Commença l’Ombre, ironique : Le premier détail, et pas le moindre, est la Seigneur Vador. Je doute qu’il soit d’accord avec votre plan et vous devez vous doutez qu’il fera tout en son pouvoir pour retrouver l’Empereur. Le second détail est que l’Alliance se mettra en travers de votre route, comme elle le fait avec son Altesse ici présente.

- L’Ombre a raison, vous savez. Jamais Vador ne vous laissera le Trône, même si vous m’éliminez. Il vous détruira aussi facilement qu’on écrase un insecte. Continua l’Empereur sur un ton menaçant et glacial.

- Je m’occuperai du Seigneur Vador en temps et en heures. Lui non plus ne m’opposera aucune résistance. Quand à l’Alliance, ce ne sera pas un problème puisque leur meilleur agent travaillera pour moi.

À ces mots, l’Ombre redressa la tête avec surprise et indignation, ce que l’Empereur remarqua tout de suite. Il dit donc, amusé :

- Auriez-vous oublié de lui demander son avis, Lynch?

- Dites-moi, où votre petit cerveau de laser va-t-il chercher des idées aussi stupides? Jamais, vous m’entendez, jamais je ne travaillerai pour vous, Lynch! Si son Altesse ici présente n’a pas pût me convaincre de travailler pour lui, je doute que vous y parveniez. Lui jeta l’Ombre, indignée.

- Nous verrons bien… Conclut le Grand Moff avant de quitter la cellule.

La porte se referma derrière lui et l’Ombre se rassit et replongea dans ses pensées, tandis qu’elle sentait le regard de l’Empereur peser sur elle. Même sans la Force, il avait une aura de malice autour de lui qui était plus que dérangeante et la faisait frissonner. Même si elle savait que pour l’instant, il ne pouvait pas lui faire grand mal, elle demeurait quand même sur ses gardes. Une heure plus tard, un garde arriva avec un plateau repas pour l’Empereur, mais rien pour l’Ombre car Lynch avait ordonné qu’on l’affame jusqu’à ce qu’elle cède. Elle le regarda s’attabler devant son repas avec indifférence, puis sortit une barre énergétique de l’une de ses nombreuses poches. Il lui lança d’une voix assez surprise :

- Combien de poches avez-vous donc dans cette cape, l’Ombre?

- Un certain nombre… Répondit-elle laconiquement.

- Dites-moi, par hasard, n’auriez-vous pas réussi à subtiliser la clé du geôlier? Dit l’Empereur sur le ton de la plaisanterie.

Il rit jaune cependant quand elle lui lança effectivement la clé de la porte de la cellule. Elle dit cependant, sérieuse, que c’était inutile de songer sortir par là étant donné le nombre de gardes qui devait attendre de l’autre côté.

- Impressionnant… Très impressionnant… Vous êtes aussi douée qu’on le prétend, l’Ombre. Lui dit alors l’Empereur d’un ton sincère.

- Merci, Altesse. Répondit-elle sur le même ton.

Une demi-heure plus tard, des gardes entrèrent et vinrent ramasser la clé, que l’Empereur avait laissée bien en évidence sur le plateau repas. Lynch était avec eux car il détenait la seule autre clé qui ouvrait cette porte. Il leur jeta sur un ton assez ironique :

- Il était plus que temps que vous ne vous en rendiez compte, messieurs. Il fit une pause et ajouta, en désignant la clé posée près de lui : Prenez-là, elle est à vous!

Lynch commença à engueuler ses gardes pour leur incompétence et leur manque de vigilance quand il fut coupé dans son élan par l’Ombre.

- Inutile de disputer ces pauvres gardes, Lynch. Ils n’y sont pour rien, c’est moi qui la leur ai subtilisée.

- Me prenez-vous pour un idiot, l’Ombre? Je ne vous laisserai sûrement pas subtiliser les clés en toute impunité!

- Vous êtes un idiot, Lynch! Avez-vous d’autres questions stupides à me poser?

Lynch devint d’abord blême, puis son visage prit une teinte cramoisie des plus inquiétantes. Il mit les mains dans ses poches comme pour se donner une contenance, avant de lancer, irrité :

- Ça suffit, l’Ombre! Rendez-moi ma clé immédiatement!

À la grande surprise de l’Empereur, il vit l’Ombre tendre une carte magnétique à Lynch et celui-ci s’empressa de l’empocher de nouveau. Il ne l’avait pas vu bouger et encore moins subtiliser la clé! Même sans la Force, elle était un adversaire redoutable. Il devrait se méfier dans le futur, elle pourrait lui causer bien des tracas et des migraines. Lynch lui lança une dernière menace avant de sortir avec ses gardes :

- Encore une facétie de ce genre, l’Ombre, et je vous fais droguer pour que vous vous teniez tranquille!

- Est-ce supposé me faire peur? Demanda-t-elle à la porte qui s’était déjà refermée sur Lynch et ses hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://superman-manofsteel.forumpro.fr/index.htm
Ashema
L'Auditrice
Ashema

Féminin Origine : Partout autour de vous
Nombre de messages : 260

Feuille de route
Experiences:
100000/100000  (100000/100000)
Puissance:
50000/50000  (50000/50000)

MessageSujet: Re: Troisième nouvelle de Star Wars^^   Mar 22 Jan - 6:18

*
* *


Lynch était très satisfait. En effet, son plan se déroulait exactement comme il l’avait prévu et, pour le moment, la situation demeurait sous contrôle. Il avait même réussi à avoir une prime car il n’était pas prévu au programme qu’il capture l’Ombre également. Il se frotta les mains et se réjouit de la perfection de son plan et de son intelligence. Jamais il n’eut crut que ce fut si facile d’enlever l’Empereur à la barbe de sa garde rapprochée mais il y était parvenu, grâce surtout à ses petits Ysalamari. Quand il avait découvert ces merveilleuses créatures un an plus tôt, ce plan n’avait pas tardé à germer dans son esprit. Depuis longtemps, il rêvait d’acquérir de plus en plus de pouvoir, peut-être même de s’élever jusqu’aux plus hauts échelons de pouvoir impérial, mais ses petites bêtes lui avaient donné de plus grandes idées. Avec elles, il supprimait la plus puissante des armes que l’Empereur avait à lui opposer : la Force. Plus il les avait étudiées, et plus il s’était dit qu’elles étaient la clé de son ascension au pouvoir. De plus, se dit-il encore, avoir l’Ombre à son service serait un atout de taille, sans compter qu’elle était particulièrement jolie sans sa cape. Il arriverait peut-être à la convaincre de devenir plus qu’un simple agent à son service. Elle pourrait devenir son impératrice. À force de persuasion, il arriverait bien à la convaincre. Il observa l’écran sur lequel apparaissait l’intérieur de la cellule et put voir l’Ombre calmement assise, semblant attendre quelque chose. Elle leva tout à coup la tête et regarda en direction de la caméra, avec un regard si insistant qu’il fini par détourner le regard. Ce regard froid et calculateur, qui sondait jusqu’au plus profond de l’esprit, était extrêmement dérangeant et il se dit qu’il lui faudrait aussi s’occuper plus tard de ce détail.

- Bientôt, jeune fille, tu ne pourras plus me résister…

Il se leva ensuite et laissa la surveillance des écrans à son second, puis quitta la pièce pour retourner vers ses appartement privés.


*
* *


Dans la cellule, l’ambiance était pour le moins tendue entre ses deux occupants. De son côté, l’Empereur se demandait quand l’Ombre se déciderait à agir. Il l’avait connue plus rapide quand il était question de s’échapper d’une cellule impériale. Pour le moment, elle semblait s’être assoupie et il se demandait si elle jouait la comédie, dans un but pour le moins obscur. Il décida d’en avoir le cœur net et d’aller voir ce qui se cachait sous cette capuche, pour être fixé une bonne fois pour toute. Il se leva et s’approcha doucement de l’Ombre, sans faire de bruit. Il pouvait être très bon à ce jeu-là. Il leva la main pour repousser la capuche quand une voix métallique l’arrêta en disant, froidement :

- Je ne ferais pas ça si j’étais vous, Altesse.

Il figea son mouvement, avant de baisser la main lentement. Il s’était fait avoir et il détestait avoir le mauvais rôle. Il retourna s’asseoir de son côté de la pièce et dit d’un ton froid et impérieux :

- Qu’attendez-vous pour nous sortir de là, l’Ombre? Je vous croyais plus rapide.

- Je voulais savoir combien de temps il vous faudrait pour céder à la tentation de venir voir ce qu’il y avait sous la capuche, Altesse. Maintenant, si ça ne vous dérange pas, occupez-les quelques minutes. Dit-elle en se dirigeant vers l’angle mort de la caméra. Elle ajouta : J’ai un plan.

- Que comptez-vous faire?

- Sortir d’ici, bien sûr. Quoi d’autre?

Il l’observa de son regard inquisiteur quelques instants encore avant de s’exécuter, tandis que l’Ombre allait s’affairer dans un coin de la pièce. Elle sortit de sa cape un couteau-laser et se mit bien vite au travail, s’arrangeant pour créer une ouverture dans un des panneaux de plafond. Cela ne lui prit pas trop de temps et, quand elle fut prête, elle poussa la plaque de côté et vérifia qu’elle pourrait la remettre en place après, pour brouiller un peu les pistes. Avant qu’elle n’ait put se hisser dans l’ouverture, elle sentit un poids important sur son dos et perdit l’équilibre, tombant à la renverse. Quand elle se releva, elle jeta un regard peu amical à son compagnon de cellule et lui lança, mordante :

- Vous auriez dut attendre que je vous fasse signe avant de me grimper sur le dos sans préavis, Altesse. Je vais d’abord grimper, puis je vous aiderai à vous hisser, mais attendez que je sois prête.

- Faites vite, alors. Ma patience commence à être épuisée et je n’aime pas qu’on me fasse attendre.

- Écoutez-moi, Altesse, car je ne me répèterai pas : nous ne sommes pas sur Coruscant, ici. Le palais impérial est très loin d’ici et, si vous voulez le revoir un jour, vous devrez faire ce que je dis sans poser de questions ou prendre des initiatives qui pourraient être désastreuses pour nous deux. Je ne me considère pas comme l’un de vos sujets et, pour le moment, vous ne m’impressionnez pas! Elle ajouta, plus doucement : Il faut que vous me fassiez confiance car je suis le seul qui peut vous sortir d’ici en vie, Empereur.

Pour la première fois depuis très longtemps, l’Empereur fut complètement réduit au silence. Personne n’avait osé lui parler sur ce ton depuis si longtemps qu’il avait du mal à se rappeler la dernière fois et il sentait la colère l’envahir peu à peu. S’il l’avait put, il aurait pulvérisé l’Ombre sans une arrière pensée à cette seconde même, ce qu’il dut sentir car il fit un pas en arrière, méfiant. Il reprit cependant le contrôle de ses émotions assez rapidement et c’est d’un ton froid et calme qu’il lui répondit :

- Vous jouez à un jeu très dangereux. Ne prenez plus jamais ce ton avec moi, l’Ombre, où vous connaîtrez les limites de votre souffrance beaucoup mieux que vous ne l’auriez voulu, je peux vous l’assurer.
- J’aime les jeux dangereux, Altesse, c’est pourquoi j’ai rejoint l’Alliance. Quant à votre menace, le temps que vous puissiez la mettre en application, je serai déjà très loin de votre portée.

- Nous verrons…

Ils se toisèrent mutuellement pendant encore un instant, puis l’Ombre grimpa dans le conduit d’aération en se hissant à la force du poignet. Elle était plus forte que sa petite taille ne le laissait deviner, de toute évidence. Elle aida ensuite l’Empereur à se hisser à son tour, ce qui fut un peu plus ardu, avant de se mettre à ramper dans le conduit. En fait, ils pouvaient se déplacer à genoux, ce qui n’était pas si mal. Au bout de quelques temps et un nombre respectable de tours et de détours, ils arrivèrent dans une zone où il lui sembla retrouver la vue et l’ouïe brusquement. L’Empereur, juste devant elle, se redressa également et se concentra immédiatement. Elle sentait son influence froide et sa présence maléfique au sein de la Force, et cela fit frissonner. Elle se recula sous la protection des Ysalamir, pour éviter que son compagnon ne cède à la tentation de la rôtir vivante.

*
* *


Sur Coruscant, les recherches avaient bien sûr été infructueuses et Vador était en pleine discussion avec l’Éclair quand il se figea soudain, à l’écoute. Il venait de sentir une présence très familière l’envahir, celle de son Maître, et il l’appelait. Il lui demandait de venir immédiatement à sa rencontre sur Kiva. L’Éclair aussi s’était figé et écoutait la voix intérieure, qu’il recevait cependant plus faiblement que Vador. Ils s’exclamèrent en même temps :

- Kiva!

Vador tourna alors brusquement les talons et se dirigea à grands pas vers le spatioport du Palais impérial. L’Éclair se précipita à sa suite en disant :
- Attendez-moi, je viens aussi!

Vador ne lui répondit pas et poursuivit plutôt son chemin, toujours à l’écoute de la voix de son Maître, qui faiblit de plus en plus avant de disparaître de nouveau. Il arriva enfin à sa navette et monta à bord, suivi de près par l’Éclair, et ils s’envolèrent peu de temps après vers l’Executor, qui attendait en orbite. Une fois à bord, Vador donna ses ordres et une flotte de quatre destroyers fut bientôt rassemblée. Ils se dirigèrent donc ensuite vers la planète Kiva pour une mission de sauvetage et probablement d’éradication, car ils trouveraient certainement le responsable de cette tentative de coup d’état.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://superman-manofsteel.forumpro.fr/index.htm
Ashema
L'Auditrice
Ashema

Féminin Origine : Partout autour de vous
Nombre de messages : 260

Feuille de route
Experiences:
100000/100000  (100000/100000)
Puissance:
50000/50000  (50000/50000)

MessageSujet: Re: Troisième nouvelle de Star Wars^^   Mar 22 Jan - 6:19

*
* *


Sur Kiva, l’Ombre avait fini par dénicher un coin à l’abri de toute découverte fortuite de la part de leur « hôte ». Ils y attendaient donc les secours depuis maintenant près de quatre jours et l’ambiance devenait des plus mauvaises, en particulier parce qu’ils n’auraient bientôt plus de nourriture et plus d’eau. Avant de quitter la base, cependant, ils avaient par hasard trouvés l’arsenal de la petite base et, sans que l’Empereur ne s’en rende compte, elle lui avait subtilisé un blaster de précision, qu’elle avait dissimulée sous sa cape. Elle dit enfin, exaspérée par la seule présence de son indésirable compagnon :

- J’espère que Vador à bien reçu votre message, Altesse, sinon nous n’allons pas tarder à être dans le pétrin.

Au moment où elle prononçait ces mots, elle entendit un bruit de moteur au loin et vit plusieurs vaisseaux impériaux descendre du ciel et fondre sur la base de Lynch. Des explosions ne tardèrent pas à suivre et il lui sembla que, bien vite, la bataille tournait à l’avantage des troupes de Vador. D’où ils étaient installés, ils avaient une très belle vue de tout ce qui se passait et virent que le chaos était de plus en plus important et que les troupes du Grand Moff tombaient comme des mouches. Après une quinzaines de minutes de ce régime, il y eut un moment d’accalmie et elle vit Vador en personne, accompagné de l’Éclair, qui descendait d’une navette. Au même instant, des commandos en armure blanche sortirent du bâtiment principal en traînant avec eux un Lynch extrêmement énervé et tout à fait dépassé par les évènements. Depuis l’endroit où ils étaient, elle et son compagnon pouvaient entendre très bien tout ce qui se disait entre Vador et Lynch. Après avoir été brutalement forcé à se mettre à genoux par deux de ses geôliers, il leva un regard complètement paniqué et plutôt hagard. Il se mit immédiatement à supplier qu’on lui laisse la vie sauve, mais la voix impérieuse et menaçant du Seigneur Vador le coupa en disant :

- Taisez-vous, Lynch! Vos jérémiades m’agacent! Il se tut un instant avant de poursuivre, sur un ton qui aurait fait se cailler du lait frais : Où est l’Empereur?

Elle se dit que les choses allaient mal tourner pour le pauvre homme s’il ne disait pas ce que Vador voulait entendre, ce qui malheureusement serait le cas. Il ne savait pas où se trouvait l’Empereur à ce moment précis, bien évidement, quoi qu’il ne se trouve qu’à quelques mètres de lui. L’Ombre dit, ironique :

- Je crois que c’est à vous d’entrer en scène, Altesse. Il sera très heureux de vous revoir. Dit-elle en pointant Vador.

- Pas encore, laissons le temps à ce traitre d’avoir un avant-goût de ce qui l’attend. Le Seigneur Vador excelle dans ce domaine.

- Hé bien dans ce cas, pardonnez-moi de ne pas assister à la suite.

L’Empereur ne lui répondit rien, et elle commença à s’éloigner vers un bâtiment voisin, qui avait un meilleur angle de tir pour ce qu’elle avait l’intention de faire. Elle pouvait cependant entendre ce qui se passait en bas et aurait préférée être sourde. Même si elle détestait Lynch de tout son cœur, elle ne souhaitait à personne d’être torturé par Vador. Elle en avait fait l’expérience elle-même et ce n’était pas un de ses meilleurs souvenirs. Alors qu’elle venait de se trouver le meilleur emplacement possible, elle put voir Lynch roulé en boule sur le sol, frissonnant et se convulsant en hurlant de douleur sous les assauts des éclairs que Vador lui envoyait par vagues successives. Elle en fut surprise car elle ne savait pas que lui aussi pouvait faire cela. C’est à ce moment que l’Empereur sortit enfin de sa cachette et se dirigea ver Vador. Une fois arrivé à sa hauteur, il dit :

- Laissez-le maintenant, Seigneur Vador. Il aura bien le temps de savourer son châtiment plus tard.

- Bien, mon Maître. Répondit Vador en cessant de torturer sa victime.

Après s’être péniblement remis sur ses genoux, Lynch leva un regard terrifié à l’Empereur qui se dressait au-dessus de lui comme un spectre maléfique. Il prit son ton le plus froid et le plus tranchant, tellement qu’il fit frissonner Tiana elle-même, pour dire :

- Votre châtiment sera à la hauteur de votre trahison, Lynch.

Pendant qu’il disait ces mots, Tiana mit sa cible en joue et s’assura que son coup serait parfait pour le tuer du premier coup. Elle se doutait bien de ce qu’il allait dire par la suite pour sauver sa peau et elle ne pouvait pas le permettre. Comme elle s’y attendait, Lynch parla d’un ton tremblant :

- Je connais une information qui pourrait me valoir la vie sauve, Altesse.

- Quelle est cette information, Lynch? Je jugerai moi-même de son importance.

- L’identité de l’Ombre…

Avant qu’il ne puisse ajouter un mot, un tir de blaster vint le frapper entre les deux yeux et il s’écroula au sol, mort. Les regards se tournèrent vers l’endroit d’où venait le tir et tous virent une frêle silhouette en cape verte s’éloigner rapidement dans la direction opposée. L’Empereur, qui venait de se faire léser de sa vengeance, en fut très contrarié et il ordonna à Vador et ses hommes de la poursuivre.

- J’irai plus vite seul, mon Maître.

- Très bien, mais dépêchez-vous.

Il partit alors à la poursuite de l’Ombre dans les étendues désolées de Kiva.

*
* *


Pendant ce temps, l’Ombre avait prit de l’avance sur son poursuivant tout en brouillant les pistes. Elle avait prit la peine de faire une fausse piste très convaincante et difficile à percer, qui emmènerait Vador à l’opposé de l’endroit où elle se rendait en réalité. Elle fit donc un grand détour en passant par les étendues rocheuses irrégulières qui entouraient la base de Lynch pour ensuite revenir sur ses pas, vers la zone d’atterrissage des navettes. Elle eut de la chance, elle trouva la navette privée de Lynch derrière un amas de rocher, un peu en retrait du terrain d’atterrissage principal.

De son côté, Vador suivait la piste de l’Ombre avec attention. Il avait parcouru une bonne distance sur la piste avant de s’apercevoir qu’il s’était fait avoir. C’était une fausse piste et il s’empressa de faire demi-tour, en espérant que l’Ombre ne s’était pas déjà éclipsée. Il chercha quelques instants la bonne direction et fini par constater, sans grande surprise, qu’elle revenait vers la base, en particulier vers les navettes. Il se fit le reproche de s’être laisser avoir comme un débutant et repartit au pas de course. Il arriva sur une éminence rocheuse qui surplombait une navette sur la rampe de la quelle l’Ombre s’était déjà engagée. Il sauta sur le toit en allumant son sabrelaser, puis juste devant l’Ombre. Celui-ci sursauta violement et tomba à la renverse sur la rampe, la dégringolant plus vite qu’elle ne l’avait montée. Vador s’approcha et surplomba l’Ombre, toujours au sol, de toute sa taille. Elle finit par se relever et dit, d’un ton colérique :

- Ne faites plus jamais cela! J’ai failli avoir une attaque! Elle reprit contenance et ajouta, moqueuse : Je ne croyais pas vous voir arriver par la voie des airs, Seigneur Vador. Je ne savais pas que vous saviez voler.

- Trêve de plaisanteries, l’Ombre. Vous venez avec moi.

- Désolé, ça ne fait pas partie de mes projets. J’ai d’autres obligations à respecter.

Vador fit un pas en avant d’un air menaçant et approcha la lame rougeoyante de son sabre de la gorge de l’Ombre. Celle-ci, cependant, ne cilla pas et demeura où elle était. Cela ne surprit pas Vador, qui la savait dotée d’un sang-froid hors du commun, mais il se devait de tenter le coup quand même, malgré le fait que cela s’avère infructueux. De son côté, Tiana ne bougea pas et tint ses réactions d’une main de fer. Son front se couvrit cependant de sueur et elle avait la gorge un peu nouée. C’est cependant d’un ton calme et froid qu’elle parlait :

- Vous ne ferez pas cela, Vador. Aux dernières nouvelles, l’Empereur me veut toujours vivant. À moins que ça n’ait changé dans les dernières minutes, comme il est coutumier de l’Empereur quand il est mécontent.

Pendant une longue minute encore, Vador garda sa position et l’Ombre retint son souffle, se préparant au pire. Il finit cependant par baisser son arme, confirmant les dernières paroles de l’Ombre. Il dit enfin, dangereusement calme :

- Un jour, je pourrai vous tuer, et ce jour là, je me ferai un grand plaisir de le faire. Entretemps, prenez garde car je pourrais vous faire regretter votre insolence d’une façon fort déplaisante. Quoi qu’il en soit, je vous tiens et vous ne vous échapperez pas, cette fois.
- Oui, vous allez me laisser partir. J’ai là quelque chose qui pourra m’aider à vous en convaincre.

- Il n’existe rien qui pourrait vous permettre de m’échapper, cette fois, l’Ombre.

- Pas même ceci? Dit-elle en sortant d’une des poches de sa cape un petit pendentif en bois ayant appartenu à la Sénatrice Amidala.

Interloqué, Vador regarda pendant quelques instants le petit objet alors qu’un flot de souvenir affluait à sa mémoire, des souvenirs de sa défunte femme. Il approcha la main pour prendre le petit objet mais l’Ombre le retira et le remit dans sa poche, avant de dire, sur un ton décidé :

- Pas si vite! D’abord, je veux votre parole que vous aller me laisser partir d’ici. Après, seulement, je vous le donnerai.

À travers son masque indéchiffrable, elle sentit le regard inquisiteur que Vador lui lança. Elle savait bien qu’il devait ressentir une certaine souffrance à la vue de cette objet, et surtout de le savoir si près mais tout de même hors de sa portée. Il sera le poing et ramena la main qu’il avait tendue vers lui, de toute évidence troublé. Il réfléchit intensément pendant quelques secondes encore et dit finalement, non sans une pointe de menace :

- Très bien, vous remportez cette manche, l’Ombre. Partez! Alors qu’elle lui tendait le pendentif, il lui attrapa le poignet et ajouta, d’un ton très bas, qui ressemblait presque au sifflement d’un serpent : Nous nous reverrons, ce n’est que partie remise… Il sortit son communicateur et dit : Amiral Ozzel, une navette va décoller. Laissez-là partir.

- Mais… À vos ordres, mon Seigneur! Fut la réponse, un peu étonnée, qui sortit du communicateur.

- Je n’ai aucun doute à ce sujet, mon Seigneur. Nous nous reverrons avant longtemps. Puis-je récupérer mon poignet? Je vous rends le pendentif et je monte dans la navette.

Vador lui lâcha alors le poignet et, quand elle passa devant lui, elle lui remit le pendentif, qu’il s’empressa d’empocher. Elle le dépassa alors et monta dans la navette alors qu’il se dépêchait de quitter la rampe d’accès et de prendre une certaine distance. La navette décolla comme prévu et quitta la planète. Dans l’espace, la flotte la laissa passer et elle entra ensuite en hyperespace.

Vador, qui était revenu auprès de l’Empereur, dit que l’Ombre avait réussi à s’échapper encore une fois. L’Empereur était de très mauvaise humeur et ordonna qu’on tente d’arrêter le vaisseau qu’elle avait emprunté. On lui dit que, malheureusement, elle était déjà entrée en hyperespace. Pendant ce temps, Vador était parti fouiller la base avec ses hommes, assez désireux de ne pas rester dans les parages. Quand l’Empereur appris que c’était Vador qui avait ordonné qu’on laisse passer cette navette, il en fut fort contrarié. Cependant, quelques minutes plus tard, il revint avec ses hommes, qui eux traînaient un autre prisonnier qui s’avéra être le second de Lynch. C’était un prix de consolation acceptable, mais Vador se dit qu’il allait devoir fournir quelques explications dans un avenir proche.

*
* *


Dans l’hyperespace, Tiana se détendit enfin. Elle avait eu peur, cette fois, mais comme toujours, les choses avaient tournées à son avantage. Elle en avait assez de jouer au chat et à la souris avec Vador et ses sbires et souhaitait ardemment avoir un peu de repos. Ce voyage, qui devait à la base être assez simple et facile, avait rapidement tourné au cauchemar. Pourquoi attirait-elle toujours les dingues du genre de Lynch? Elle commençait à se demander si elle n’était pas un aimant à cinglés! Elle se décida à appeler la base centrale pour qu’ils réunissent les journalistes à l’endroit habituel dans trois jours. Arisa lui confirma qu’elle avait bien envoyé les invitations et qu’elle pouvait repousser la réunion de quelques jours. Elle arriva dix minutes après les journalistes et se fit bien évidemment remarquer, surtout quand son garde du corps prit sur lui de lui faire la morale sur sa conduite imprudente et téméraire. Après un moment de cette petite diatribe, l’Ombre dit, sur un ton amusé :

- Vous avez fini, Lieutenant? Avez-vous autre chose à ajouter? Vous avez un public, profitez-en! Engueulez votre chef en public, ça défoule! Elle se tourna alors vers les journalistes, dont certains étaient hilares, et ajouta : Je suis à vous dans un instant. Je règle ce petit problème d’abord.

Après quelques minutes, elle monta sur la petite estrade et prit la parole. Elle donna aux journalistes un compte-rendu complet des évènements et toutes les preuves nécessaires pour qu’il n’y ait aucun doute sur l’implication réelle de l’Empire. Elle voulait éviter qu’ils ne tirent la couverture à eux une fois de plus et mettent la Rébellion sous le plus mauvais jour possible. Comme la conférence de presse était encore une fois diffusée en direct, toute la galaxie fut au courant avant même que l’Empereur ne fut de retour sur Coruscant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://superman-manofsteel.forumpro.fr/index.htm
Ashema
L'Auditrice
Ashema

Féminin Origine : Partout autour de vous
Nombre de messages : 260

Feuille de route
Experiences:
100000/100000  (100000/100000)
Puissance:
50000/50000  (50000/50000)

MessageSujet: Re: Troisième nouvelle de Star Wars^^   Mar 22 Jan - 6:19

*
* *


Deux jours plus tard, le vaisseau qui ramenait l’Empereur sur Coruscant arriva enfin à destination, et son passager de marque s’empressa de le quitter pour rentrer au Palais impérial. Pendant les cinq jours qu’avait duré le voyage entre Kiva et la planète impériale, il n’était cependant pas resté inactif. Même si ce traitre de Lynch lui avait échappé, il avait tout de même capturé son second, ce qui n’était quand même pas si mal. Il savait en effet tout ce que le Grand Moff Lynch avait eu l’intention de faire et tous les détails de son plan. Il avait aussi eu l’utilité de lui fournir quelqu’un sur qui passer sa colère. Quand ils arrivèrent sur Coruscant, le pauvre homme était plus mort que vif et il fut transféré au centre médical pour y être soigné, dans le seul but bien sûr de le remettre sur pied pour de futurs interrogatoires. Sa vie venait de se transformer en enfer et l’Empereur s’assurerait qu’elle le demeure un long moment. Quand il arriva au Palais impérial, il était attendu par beaucoup de gens, la plupart venus seulement pour s’assurer qu’il était bien de retour. Les réponses qu’il fit aux questions qu’on lui posa furent vagues et il était clair qu’il ne souhaitait pas y répondre. Il ne fallut donc pas longtemps avant qu’on ne le laisse seul. Quelques instants plus tard, l’Éclair se fit annoncer et dit qu’il apportait des nouvelles de ce qui s’était passé pendant son absence. Quand il entra dans la pièce, il ne semblait pas très sûr de lui, ou plutôt, il semblait avoir des mauvaises nouvelles à annoncer, ce qui n’était jamais bon pour la santé du messager.

- Qu’y a-t-il, Josh? Vous semblez contrarié.

- Ben…euh… C’est-à-dire que… Commença-il en sortant un cube de données de sa poche et en le lui tendant. Regardez vous-mêmes, Altesse, mais je vous préviens, ça ne vous plaira pas.

L’Empereur le prit et le glissa dans un lecteur holographique, non sans curiosité. Il vit alors une entrevue en direct de l’Ombre sur l’affaire des pilleurs de tombes, qui avait été diffusée deux jours plus tôt. À mesure que l’enregistrement se déroulait, il devenait clair que l’Ombre avait réussi à convaincre le public que c’était elle et non Vador qui avait résolu l’affaire. C’était encore plus clair quand, à la fin de l’entrevue, tous les journalistes se mirent à applaudir avec enthousiasme. Extrêmement mécontent, l’Empereur demanda à l’Éclair, sur un ton assez glaçant, d’aller chercher le Seigneur Vador. Il s’inclina et quitta la pièce. Il y revint quelques minutes plus tard, l’air apeuré. De toute évidence, il craignait que ça ne se passe mal pour lui. Il dit :

- Le Seigneur Vador vient d’entrer en hyperespace, mon Maître. Il est reparti à la chasse aux Rebelles.

- Bien sûr, rien d’étonnant à cela… Répondit l’Empereur sur un ton qui fit reculer l’Éclair de quelques pas.

Sans avertissements, l’Empereur envoya valser au sol, grâce à la Force, tout ce qui se trouvait dans la pièce, y compris ses gardes et l’Éclair. Celui-ci sortit d’ailleurs dans le couloir en attendant que la colère impériale ne passe. Il était un peu sonné mais il s’en était bien sortit, cette fois-ci. De son côté, l’Empereur réfléchit à l’insolence dont l’Ombre avait fait preuve à son égard sur Kiva et à la manière la plus appropriée de le lui faire payer.


FIN DU CHAPITRE 6
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://superman-manofsteel.forumpro.fr/index.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Troisième nouvelle de Star Wars^^   

Revenir en haut Aller en bas
 
Troisième nouvelle de Star Wars^^
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Star Wars Starship Battle
» figurines STAR WARS
» Star Wars
» Base de donnée étendue pour Star Wars D6
» Star wars épisode VII, future trilogie et spin off

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Arena :: Hors Jeu :: Café litteraire, gallerie d'Art et salle de concert-
Sauter vers: